Gilles Guillaume Gentil
Crêt 108b
2314 La Sagne

gilles.gentil@cool-diving.ch







Archives des news


_Croisière Egypte - décembre 2018

_Carcharhinus Longimanus - janvier 2019

Cette page a été réactualisée le 10 février 2019

Et si je me mettais à l’apnée 2019

Activité sportive encore méconnue, l’apnée pratiquée en piscine ou en mer aurait pourtant de nombreux effets bénéfiques sur notre santé, notamment sur la gestion du stress.

Le mécanisme cardiaque

La pratique de l’apnée a des effets sur le rythme cardiaque appelés « réflexes d’immersion ».

Ces effets sont liés à deux paramètres : le fait de se mettre en apnée et le fait de se plonger dans un liquide. Se mettre en apnée entraîne une bradycardie, c’est-à-dire que le rythme du cœur chute et se met au ralenti après quelques dizaines de secondes chez l’homme.

Lorsque l’on se met en apnée, il y a également un phénomène de vasoconstriction : l’ensemble du système artériel qui irrigue se referme, ce qui diminue la distribution de sang. Le corps privilégie alors les organes les plus importants, qui sont le cerveau et le cœur, et leur apporte de l’oxygène.

Aussi, lors de la pratique de ce sport, il y a une contraction de l’organe de la rate, que l’on peut considérer comme un « recycleur ». Il se contracte pour libérer les globules rouges, afin de distribuer l’oxygène nécessaire.

Les bénéfices

Pratiquer l’apnée régulièrement permet d’apprendre à bien respirer, à maîtriser sa respiration, en prenant conscience de son volume pulmonaire. Le but étant d’utiliser le maximum d’air pour tenir le plus longtemps possible, d’utiliser tout son potentiel respiratoire, ce qui permet une meilleure connaissance de soi et de son corps.

Certains exercices que l’on apprend lors des entraînements permettent d’agrandir sa capacité pulmonaire : en libérant certaines tensions musculaires, en enlevant la rigidité de la cage thoracique, le volume d’air est plus important. On apprend à respirer autrement, en utilisant un volume d’air situé dans le bas des poumons, alors que généralement on utilise souvent le haut du poumon où on accumule du dioxyde de carbone, ce qui n’est pas bon !

Cette pratique agit également sur le stress : diminue la production de cortisol, on se recentre sur soi, on a donc des effets bénéfiques sur le bien-être général.
« Sans parler de performances, après une longue journée, ou une semaine bien remplie, lorsque l’on se met sous l’eau, on coupe avec le quotidien, on s’apaise, on se relaxe comme avec des exercices de yoga basés sur la respiration ».